News

En création à l’atelier

Bonjour,

 

L’atelier, mon atelier est somme toute, tout récent !

Ouvert depuis Octobre 2019, je l’investis peu à peu, continuant à l’améliorer au fur et à mesure.

J’aime absolument ses fenêtres donnant sur le jardin, même si j’oublie complètement la vue, une fois plongée dans l’acte de création.

 

Travail à l’huile soluble dans l’eau :

Je passe depuis peu aux huiles principalement, non plus aux acryliques dans ma pratique de peintre.

 

La raison en est la suivante :

Je cherche souvent une forme de cohérence dans mes choix de vie.

Sans être trop puriste, jamais.

Mais disons que la présence de produits venant de l’industrie pétrolière, de produits complètement liés au pétrole est contraire à ma façon de vivre en partie, principalement depuis 2006,alors ça  me titillait depuis un bon moment.

Ça me tracassait.

Les produits pour travailler jusqu’alors l’huile ne me satisfaisaient pas. Nocifs à la santé et au traitement en tant que déchets, ça ne pouvait pas convenir.

Récemment, j’ai donc essayé une marque d’huile soluble à l’eau. ( Georgian )

C’est fantastique ! Pas de pollution, très beau rendu, belles pigmentations. Je travaille encore avec les huiles solides en bâtons que j’apprécie beaucoup. Juste diluées avec les produits #GreenforOil qui vont très bien pour cette utilisation.( Sennelier) (J’en avais parlé dans ce billet.) 

Je les travaille principalement aux doigts, c’est beaucoup plus sensuel que ce que je pensais, et c’est venu presque malgré moi…

 

J’utilise aussi d’autres objets, pinceaux, brosses et tissus mais mes mains , mes doigts sont de bonnes alliées.

Séries et projets en cours :

J’avais créé une série de 3 tableaux intitulée ” Dans la forêt sombre des femmes” en 2018.

Vous pouvez vous rapporter à cet article sur la naissance  de cette série ici. 

Finalement, je me rends compte, que je continue dans mes recherches, cette série, du moins, sa thématique, celle d’un lieu sauvage plus rassurant pour moi, femme, que notre société, ma famille d’origine, et mon parcours, comme celui de bien des femmes, se traduit viscéralement, par rapport aux lieux, dans une nécessité de se débattre , involontaire mais indispensable, par rapport à la parole si souvent reprochée, ( Tais-toi !), ( Tu parles trop !) ….Ce lieu sauvage que partiellement, je peux investir, inventer par la peinture, dit combien je me sens peu accueillie telle qu’elle, dans notre monde. Ou bien combien la nature sauvage m’est nécessaire dans son expression ? Je ne sais pas, je cherche.

 

Dans la forêt bleue des femmes” est un travail d’atelier actuellement, que je poursuis.

 

Dans la forêt bleue des femmes

 

Détails de la forêt bleue des femmes

Avec , je travaille des grands panneaux, celui-ci épouse aussi un trajet de vie de femme, non-obligatoire, mais qui me fut proche, et me questionne beaucoup actuellement, je n’avais pas voulu ce thème, qui s’est imposé, et que j’ai accepté.

Il y a une cohérence, une logique qui se dessine…

Grand panneau huile. En cours

À force de travailler en alternance avec des périodes de lecture et de vagabondage de l’esprit, ( indispensable pour moi !) , j’ai ” dessiné” un projet de travail visuel.

Une installation pour exposition, en quelque sorte.

 

Le travail n’est pas terminé, j’y œuvre, je mêle peinture, récupération de matériaux cartons, écriture poétique en prose et broderie.

 

C’est un travail réalisable, je ne sais pas le temps que ça va me prendre, mais je suis dedans et je sais où je vais…

Tellement essentiel.

Bien plus important pour moi, à construire, que de m’engouffrer dans des lieux d’exposition trop rapidement.

 

Construire une œuvre cohérente, demande du temps.

Toujours lui, le temps comme allié, avec le plaisir retrouvé de créer, de travailler.

Merci de me lire.

Magda Hoibian Artiste Peintresse,  Plasticienne

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

77 − = 69